Le Château du Lac

Histoire > Articles divers > Articles de Pierre Forget > Le Château du Lac

En 1951, l’hôtel est vendu à Marie-Antoinette Goyer et sa sœur Marguerite. Cette dernière est l’épouse de M. André Gagné qui dirigera le commerce jusqu’en 1976. Des gens de partout viennent y séjourner et jouir des nombreuses activités qui s’y déroulent. Tout comme le Manoir des Laurentides et l’hôtel LaVoie du Lac, le Château du Lac des années 50 et 60 possède son orchestre durant la saison estivale.
Saint-Donat connaît alors son boum touristique et devient une destination vacance très prisée. Saint-Donat compte, dans ces années, 13 hébergements licenciés et plusieurs restaurants dont 3 sont ouverts jour et nuit du 24 juin à la Fête du Travail.
Saint-Donat devient une destination de choix pour de nouveaux mariés qui viennent y faire leur voyage de noce, notamment à l’hôtel Jasper en Québec, au Manoir des Laurentides et au Château du Lac. Cette clientèle permet à notre industrie hôtelière d’allonger sa saison touristique au printemps et à l’automne.

Durant ces années prospères, l’hôtellerie apporte du travail à de très nombreuses personnes engagées à la cuisine, à l’entretien, « waiter », « waitress » et même guide de pêche.

Au printemps 1963, on assiste à Saint-Donat au tournage du film « The Last Chance » qui met en vedette Ursula Andress et Fabio Testi. Le Château du Lac Photo du haut : l’hôtel dans les années cinquante, avec, à l’entrée, l’arche stylisée qui est l’œuvre de M. Aldège Beauséjour. Remarquez la magnifique architecture avec tous ces menus détails.
Photo du bas : Saint-Donat en 1928, prise par l’Aviation canadienne dont on a fait mention dans un précédent article. À l’avant-plan, le moulin à scie Raymond avec sa cour à bois et on peut voir un peu à gauche le moulin à scie de M. Jos Issa. À noter tout le déboisement autour du village et dans la montagne. À l’époque, pour que les colons obtiennent les lettres patentes de leur lot, il fallait absolument qu’ils défrichent leur lopin de terre.

est alors choisi comme site pour plusieurs scènes du film. The Last Chance ne connaîtra malheureusement pas beaucoup de succès à l’écran mais a permis, lors du tournage, à quelques donatiens d’avoir l’occasion de collaborer à titre de figurants.
Inutile de dire que la présence de vedettes dans notre village suscita beaucoup d’émoi à l’époque.

En 1976, l’industrie touristique est sur son déclin et l’hôtel Château du Lac, faisant face à d’importants travaux de rénovation pour moderniser ses installations afin de les rendre plus sécuritaires pour rencontrer les nouvelles normes de l’hébergement, la décision est prise par l’administration Goyer-Gagné de démolir l’institution.

Source : Claude Lambert, anthropologue-historien

Source : Pierre Forget, Journal Altitude, mai 2012


À gauche :
L’hôtel dans les années cinquante, avec, à l’entrée, l’arche stylisée qui est l’œuvre de M. Aldège Beauséjour. Remarquez la magnifique architecture avec tous ces menus détails.

Saint-Donat en 1928, prise par l’Aviation canadienne dont on a fait mention dans un précédent article. À l’avant-plan, le moulin à scie Raymond avec sa cour à bois et on
peut voir un peu à gauche le moulin à scie de M. Jos Issa. À noter tout le déboisement autour du village et dans la montagne. À l’époque, pour que les colons obtiennent les
lettres patentes de leur lot, il fallait absolument qu’ils défrichent leur lopin de terre.