Le savoir faire de nos grand-mères/Savon domestique

Histoire > Articles divers > Autre articles > Le savoir faire de nos grand-mères/Savon domestique

LE SAVOIR FAIRE DE NOS GRANDS-MÈRE : LE SAVON DOMESTIQUE

Eh ! Les jeunes ! Vous connaissez le mot RÉCUPÉRATION en environnement. Est-ce que vous croyez qu’on récupérait au temps de vos grands-parents ou de vos arrière-grands-parents ? Avez-vous entendu parler du savon du pays ? Sa fabrication est un très bon exemple de récupération.
À l’époque de vos grands-parents, on élevait les animaux pour les abattre en décembre, ce qu’on appelait ‘’faire boucherie’’. On gardait bien sûr la viande pour nourrir la famille, mais aussi toutes les parties impropres à la consommation, comme les couennes, les oreilles, les panses de bœuf, de porc (que l’on prenait bien de nettoyer) et les os. Ces petits trésors, ainsi que certains restes de table étaient conservés au froid, jusqu’à jour du grand dégel printanier. C’est alors que les gens entreprenaient leur brassin de savon. Chacun avait sa technique, mais toutes se ressemblaient un peu. Voici l’une des facons de faire :
La première étape consiste à verser de l’eau sur ces restes et à les faire bouillir dans un grand chaudron de fonte installé dans la cour, assez loin de la maison à cause des mauvaises odeurs. L’ébullition doit être forte et de longue durée. Ensuite, on fait couler cette bouillie à travers une poche de jute (comme dans une passoire) pour ne garder que le liquide. Les résidus sont épandus dans le potager comme engrais. On laisse reposer le tout pour faire monter le gras à la surface.
Une fois que le gras est séparé de son eau, on passe à la troisième étape : on le mélange à une matière caustique et à de l’arcanson qui lui donnera sa couleur jaune. On poursuit la cuisson en brassant régulièrement, jusqu’à ce que le mélange ait l’épaisseur du sirop d’érable. S’il faut réduire l’ébullition, on ajoute un peu de neige. Le truc pour savoir si le savon est cuit, c’est de tremper une palette de bois dans le liquide bouillant et de bien observer la consistance des quelques gouttes qui restent accrochées à l’ustensile.
(Source : Chronique historique de 125 ans d’histoire de St-Donat produit par la Société historique , 1999).