HISTOIRE DU PARC MONT-TREMBLANT

Histoire > Articles divers > Autres articles > HISTOIRE DU PARC MONT-TREMBLANT

En cette année du 125e anniversaire de la création du parc du Mont-Tremblant, nous avons cru bon vous présenter son histoire. Ceci est le premier de trois articles.

HISTOIRE DU PARC MONT-TREMBLANT

Le parc du Mont-Tremblant s’étend à l’intérieur du bouclier canadien formé de rocs précambriens. Il est situé dans la plus ancienne chaine de montagne du monde. Les glaciations ont arrondi les sommets et laissé à découvert des masses imposantes de rocs et creusés des vallées profondes.

Le massif du mont-tremblant domine cette chaine de montagnes. Certains pics s’élève à plus de 940 mètres. Les glaciations ont donné naissance à trois bassins hydrographiques : les rivières Rouge, Mattawin et l’Assomption.

Le parc Mont-Tremblant faisait partie du territoire de la nation des Algonquins et le nommait ‘’ManitongaSoutana’’. Les amérindiens soutenaient que la montagne faisait entendre des bruits sourds.

Les premières explorations datent de 1830 avec l’arpenteur Joseph Bouchette afin de déterminer la possibilité de coloniser cette région.

A compter de 1850 le territoire a été exploré en vue de trouver du minerai précieux.

En 1851 et 1865 le gouvernement a favorisé des voies de pénétration à partir de St-Jérôme ce qui a favorisé la fondation de Ste Adèle (1852), Ste Agathe (1861)

A compter de 1855 la Compagnie Hamilton Brothers obtient les premières coupes de bois près de la rivière Rouge.

Les rivières Rouge, la Macaza et la Diable deviennent des moyens de transport du bois qui est acheminé vers les scieries de l’Outaouiais qui est ensuite expédié vers les marchés américains et britanniques.

Sur recommandation du curé Labelle, à l’automne 1869 une expédition de chasse composée de Geoffroy Laviolette, arpenteur, Charles De Montigny, William-Henry Scott et l’abbé Jodoin vont aussi sonder les possibilités de coloniser cette région. Au cours de ce périple M. Laviolette fit des relevés préliminaires de la région de la rivière du Diable.

En octobre 1869, l’arpenteur G. A. Allbright, a eu l’instruction de procéder à l’arpentage primitif des quatre premiers rangs du canton de Grandison. En mars 1870 il dépose son plan aux autorités du Ministère et incite le gouvernement à développer cette région par la construction de routes pour favoriser la colonisation dans le canton de Grandison.

En 1879 un premier groupe de colons obtenaient leurs lettres patentes établissant leur propriété, ce qui permettra de former la paroisse de St-Jovite. Dès 1881 la paroisse compte 554 personnes ce qui permet la création de la municipalité.

De 1880 à 1890 l’industrie forestière se développe rapidement. La venue du chemin de fer permet l’établissement de nouveaux colons le long de son parcours. De nouveaux chantier s’installent le long de la rivière du Diable jusqu’au lac Monroe alors que la compagnie Alex Baptist obtient les droits de coupe dans le canton Rolland en 1883.

Vers 1895 la presque totalité des terres ceinturant le lac Tremblant sont concédées et exploitées.

Les études du docteur Camille Laviolette sur les dommages causés par la tuberculose l’on convaincue que cette maladie pouvait être enrayée par des cures en montagne. Au cours de l’année 1893 le docteur Laviolette entreprit les premières démarches en vue de la création d’un sanatorium. Trois sites étaient envisagés : le mont St-Hilaire, le mont Orford et la montagne Tremblante. La montagne Tremblante offrait des conditions atmosphériques indispensables à la guérison des maladies pulmonaires. Le mont St-Hilaire et le mont Orford offraient un taux d’humidité trop élevé. Le docteur Laviolette connaissait les environs de la montagne Tremblante puisque son père Geoffroy avait participé à l’expédition de 1869 dans cette région.

Au début de 1894 de longues procédures ont été entreprises par le docteur Laviolette pour réaliser son projet qui se situait sur le versant sud de la montagne Tremblante.

Le 27 mars suivant, le docteur Laviolette réitère sa demande au gouvernement après avoir formé un syndicat de médecins en vue de la fondation d’un sanatorium.

La compagnie Ottawa Lumber de Calumet, Ontario détenant les droits de coupe dans la région présente une requête alléguant qu’elle n’est pas favorable à l’établissement d’un sanatorium dans la région de la montagne Tremblante et que la région de Ste Agathe serait plus avantageuse.

Le 9 mai 1894, le ministère des Terres de la Couronne demande de faire un relevé des lieux. Lors de la présentation de son rapport, M. Filion mentionne que le relief de la montagne Tremblante est très accidenté. Les terres sont impropres à l’exception de trois lots du quatrième rang du canton de Grandison, qui sont situés en bordure du lac Tremblant. Il souligne que la montagne serait un excellent site pour créer une réserve de chasse alors qu’un chemin peut facilement y être tracé. D’autre part, le ministère constate que les lots convoités par le Docteur Laviolette sont déjà concédés ce qui mènera à l’échec de son projet.

Le 12 juillet 1894, un arrêté en conseil déclare réserve forestière spéciale sous le nom de Parc de la Montagne Tremblante une étendue de 14750 acres et pourvoi des sommes pour subvenir aux frais de garde et d’entretien.

De plus quatre cents arpents de terrain sur le pic le plus élevé de la montagne Tremblante qui pourront être concédés gratuitement si la législature autorise telle concession.

Pourront être vendu au syndicat que représente le Docteur Laviolette les lots 23 24 25 du quatrième rang conditionnel à l’adoption d’une loi en ce sens.

Création officielle du parc

Le 6 novembre 1894 un arrêté en conseil établi les bases du futur parc des Laurentides en suivant les mêmes procédures que celles du parc de la Montagne Tremblante.

Le 3 janvier 1895 le projet de loi créant le parc de la Montagne-Tremblante est adopté. Le Ministère des terres de la Couronne a la responsabilité de l’application de cette loi et elle n’affecte pas les droits déjà consentis pour les coupes de bois et aux clubs privés. Cette loi avait comme principal objectif de répondre aux demandes du docteur Laviolette . Quant au parc des Laurentides son territoire, sa structure, son administration et ses règlements étaient beaucoup plus structurées.

C’est alors que le docteur Laviolette pouvait aller de l’avant avec son projet de sanatorium après avoir formé une corporation à cet effet.

Le 9 janvier 1897 un nouveau projet de loi fut approuvé de façon à rendre les règlements identiques pour les 2 parcs tout en en y ajoutant d’autres cantons périphériques au parc de la Montagne Tremblante.

Même si le gouvernement avait réservé les terrains pour le docteur Laviolette tout en y ajoutant 400 acres à l’intérieur du parc, le docteur se heurta à toute une série de problèmes insurmontables et il dû temporairement abandonner son projet. En 1925 il tenta de nouveau de relancer son projet sans succès.

Entre temps, en 1911 un autre groupe avait construit un sanatorium à Ste Agathe pour le traitement des maladies pulmonaires.

Le gouvernement voulut agrandir le territoire mais les compagnies forestières n’étaient pas favorables sur leur territoire de coupes de bois. Il y avait plus d’une trentaine de compagnies dont la plus importante était Belgo-Canadian Paper Ltd en plus d’une vingtaine de clubs privés. Tous considéraient leurs biens comme des droits acquis et n’étaient pas prêts à perdre leurs avantages.

En 1918 la compagnie Riordon Paper Mills Ltd en commença l’exploitation de la vallée de la Diable et construisit des camps de base au lac Monroe et endigua la rivière de la Diable afin de faciliter la drave.

En septembre 1924 un arrêté en conseil créait la réserve de la Montagne Tremblante et a eu pour effet d’englober une grande partie des cantons des comtés de Joliette et de Montcalm et créait une véritable politique de préservation de la forêt.

Jusqu’en 1925 plusieurs entreprises exploitaient la forêt sans certaine rentabilité. Le 25 avril 1925 une nouvelle entreprise Canadian International Paper (C.I.P.) fondée en 1916 à Montréal obtint une vaste concession forestière afin d’approvisionner ses moulins à papier dans les bassins des rivières Rouge, Macaza et du Diable et établissait son dépôt au lac Monroe afin d’y loger ses employés et son matériel.

L’année suivante la compagnie érigeait 4 tours à feu (la Halfway, la Butte, la Sucrerie et la Savane) qui étaient reliée entre elle par un système de téléphone à un seul fil. Une première tour en fer avait été érigée sur le sommet du mont Tremblant.

En 1928 des barrages de régularisations du débit des eaux sur les rivières Macaza, Rouge et du Diable.

Pendant la crise économique de 1929 le gouvernement a embauché des colons pour améliorer des portages. Ces colons logeaient dans les bâtiments du lac Monroe. En 1933 des projets semblables ont été mis en place dans les secteurs de Saint-Donat et de Saint-Michel-des-Saints.

Il s’agissait des portages suivants :

Portage du lac Supérieur, qui reliait le lac Supérieur au lac Monroe par la rivière Boulé et le lac de la Fourche.

Portage de la Vache Noire, situé du côté est de la rivière du Diable atteignait le lac Monroe à partir de la Sablonnière.

Portage Belliveau partait du lac Monroe pour atteindre le lac Escalier en longeant le côté est de la rivière du Diable.

Portage Hellman débutait aux chutes Croche sur la rivière du Diable pour atteindre le lac Croche.

Portage Saint-Donat débutait au nord du village et atteignait le lac Escalier en passant par les lacs aux Rats et Pimbina.

Un second portage sans nom, commençait au lac aux Rats et rejoignait le lac des Sables par le lac Clair avec un embranchement vers la tour à feu située au nord du lac des Sables.

Ces sentiers permettaient le déplacement des hommes en voiture tirée par des chevaux et en hiver servaient pour le transport du bois vers les plans d’eau.

En 1932 avec la relance de l’économie, la Consolidated Paper Ltd, fondée en 1931, obtient les droits de coupe dans tous le territoire du bassin de la rivière Mattawin. Deux autres compagnies occupaient le territoire soit la Canadian International Paper et la E. B. Eddy de même que plus d’une trentaine club privé et des pourvoyeurs.

Nouvelle vocation du parc

A l’automne 1938 M. Joseph Bondyran Ryan, prospecteur minier de Philadelphie et l’un des héritiers de la StandartOilentreprend la construction d’un centre de ski sur le versant sud de la montagne créant le Mont-Tremblant Ski Lift et en 1942 les installations hôtelières sous le nom de Mont Tremblant Lodge. Des agrandissements ont été effectués en 1947-48 alors que le centre était devenu une station toute saison avec son terrain de golf, ses tennis, sa plage, etc.

En 1965, après le décès de M. Ryan, Mme Ryan vendit ses intérêts à un groupe de financier sous la direction de M. Jean-Louis Lévesque. Le 23 août 1979 des problèmes financiers ont forcé les propriétaires à vendre les installations à la Fédération des caisses d’entraide économique du Québec. En 1980 des travaux d’envergure évalués à 26 millions de dollars ont été annoncés devant se faire en trois phases pour en faire une station polyvalente moderne.

Les jobbers

Le territoire du parc était surtout contrôlé par les grandes compagnies forestières mais afin d’augmenter leurs revenus, ils offraient à de petites entreprises la possibilité de couper du bois d’œuvre et même du bois de chauffage. A cause de la prolifération des entreprises et des coupes à blanc , en 1941 un arrêté en conseil interdit les coupes de bois à moins de 200 pieds de toutes routes et de cours d’eau ce qui permit de sauvegarder l’aspect naturel des cours d’eau.

Un camp de prisonniers

Alors que le Canada était en guerre en 1939 il se trouvait au pays des sympathisants fasciste et des ressortissants d’origine allemande qui étaient considéré indésirables. Le gouvernement d’Ottawa confia à des entreprises forestière sous la garde de l‘armée ces prisonniers ce qui constituait une main d’œuvre. Une cinquantaine de prisonniers étaient confinés dans les installations du lac Monroe. Ces prisonniers étaient payés $2. Par jour dont 1.50$ était prélevé pour leur hébergement. Ce projet n’a duré qu’un hiver.

Les premières routes forestières

A l’été 1945, M. Tom Wheeler, copropriétaire du Gray Rocks Inn de Mont Tremblant loue les installations de la C.I.P. du lac Monroe pour y établir une pourvoirie. 21 autres locataires exploitent le territoire pour la chasse et la pêche.
En 1948 les compagnies forestières ouvrirent de nouvelles routes afin de faciliter l’exploitation de la forêt. Des travaux routiers ont été faits afin de relier Saint-Donat à St-Guillaume-nord et Saint-Michel-des-Saints. La partie sud de parc de la Montagne Tremblante était traversée par un réseau routier mais uniquement à l’usage des forestiers.

Le dépôt Cyprès

Le dépôt Cyprès était le plus gros et le mieux organisé devait servir à loger les employés des compagnies forestières. En 1948 la Consolidated Paper y a construisit un véritable village comprenant une cinquantaine de bâtisses afin d’y loger environ 80 emloyés.

A certain moments plus de 23 ‘’jobbers’’ travaillait pour la ‘’Consol’’, entassait la bois près du lac Cyprès et de là les draveurs dirigeait le bois vers la rivière Mattawin , le Saint-Maurice pour aboutir aux moulins de Grand-Mère. Le dépôt fut abandonné en 1969 alors que les coupes étaient réduites. Au début de 1970 le gouvernement s’est porté acquéreur des installations de la Consol pour la somme de 24,000$ alors que le contrat de la ‘’Consol’’ se terminait en 1972. Même si les bâtiments étaient en bonne condition, le gouvernement a dû investir 15,000$ en rénovation.

La station biologique du Lac Monroe

En 1948 un centre de recherche était créé dont le but était l’étude des eaux. Avec la collaboration du Conseil national des recherches, de la C.I.P. et de l’Hôtel Gray Rocks, la station ouvrait ses portes en juin 1949 et fut en opération jusqu’en 1962.

Accessibilité publique

En 1962 la décision a été prise d’ouvrir au public le parc de la Montagne-Tremblante et d’en faire un véritable parc récréatif.

Il faut mentionner qu’en avril 1958 le ministère autorisa malgré la réticence de la ‘’Consol’’ l’aménagement d’un premier site de camping au lac Chat et améliora la route jusqu’à l’entrée du lac Monroe. Une barrière construite en 1950 au ruisseau des Aulnes fut déménagé au pied de la montagne de la Vache Noire en 1959 alors qu’un permis de séjour était auparavant émis par la ‘’Consol’’ fut émis par le parc.

Au cours des premières années la région du lac Monroe bénéficia de la presque totalité des aménagements touristiques.

A l’automne 1961 des travaux ont été entrepris du côté de Saint-Donat. La municipalité avec l’aide du Ministère de la Voirie a construit une route reliant le village aux limites sud du parc ce qui permit le développement de cette région.

Un nouveau départ

En 1968 et 1969 des investissements considérables ont été effectué entre autre : la construction de la résidence du lac Monroe, l’administration de Saint-Donat, l’atelier du lac Lajoie et la réfection de plusieurs routes d’accès. A l’automne 1969 débutèrent les travaux d’aménagement d’un camping avec tous les services au lac Monroe et en 1972 on procéda aux mêmes aménagements au lac Lajoie qui possédait déjà un centre d’accueil moderne.

Au début des années 1970 les territoires privés et les installations comme les barrages, les tours à feu et l’ensemble du territoire relève maintenant du domaine public.

En janvier 1975 une nouvelle orientation s’est effectuée en favorisant des activités comme la randonnée pédestre, le canot-camping et autres.

Le 4 février 1981 un arrêté en conseil modifie le statut du parc pour un parc de récréation de plus on établit de nouvelles limites qui englobe la presque totalité de l’ancienne réserve de Joliette.

Jean Jacques Théorêt

Source : Histoire du parc du Mont-Tremblant, des origines è 1981 par Marcel Fournier, Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche