Le sentier Intercentre

Histoire > Articles divers > Autres articles > Le sentier Intercentre

Le Sentier INTERCENTRE

La petite histoire de ce projet à St-Donat.

Je souhaite aujourd’hui témoigner des origines du Sentier Intercentre. Lorsque je suis passé devant les deux stationnements actuels remplis à pleine capacité lors du long congé d’octobre, j’ai réalisé que la graine semée il y a plus de 40 ans, avait bien profité. Cette initiative contribue à inscrire Saint-Donat comme une destination de choix pour les amateurs de plein air.

Dans les années 70, la popularisation du ski de fond, du vélo tourisme, de l’escalade, du canot-camping et le développement des Bases de plein air participent à l’essor d’un nouveau mouvement qui allie activité physique, nature et tourisme. En 1978, le Conseil régional de développement des Laurentides (CRDL) obtient du gouvernement du Québec une subvention pour évaluer différentes propositions d’aménagement de plein air dans la région.

Plusieurs grands projets sont à l’étude comme la transformation de certaines emprises de voies ferrées dans les Laurentides en aménagement pour le vélo tourisme, la mise en place d’un parc régional près de Saint-Jérôme, etc. Parmi ceux-ci se trouve l’idée d’aménager un sentier de grande randonnée nord-sud avec refuges, reliant Saint-Donat à Saint-Adolphe d’Howard.

André Laperrière, skieur de fond reconnu pour avoir traversé le Québec du sud au nord en ski de fond au début des années 70, est engagé à titre de directeur de la planification de ce dernier projet. Je le seconderai à titre d’aménagiste. Mon expérience dans le développement du premier Club de ski de fond Les Panaches à Saint-Donat, la direction du projet d’aménagement du réseau de 30 km de sentiers et du refuge du secteur Rochemaure ne sont pas étrangers au fait qu’on me confie l’étude du terrain et du développement des collaborations nécessaires.

Le mandat était de parcourir le territoire visé en ski et à pied, de recenser les sentiers existants pouvant s’intégrer au projet, d’évaluer le potentiel naturel du territoire visé, de recommander un parcours, les aménagements requis et d’évaluer leurs coûts.

Après quelques semaines, nous avons rapidement conclu que la réalisation du parcours projeté était parsemée d’embuches. Par exemple, à l’approche des villes de Sainte-Agathe et de Saint-Adolphe, l’ensemble des droits de passage à négocier en raison du grand nombre de propriétés privées existantes était vraiment problématique à court et à long terme. Le projet se réoriente alors vers le territoire St-Donat - Val des Lacs - Lac Supérieur, un lien est-ouest prometteur. Il offre à la fois de belles perspectives comme la montagne Noire, des terres publiques en abondance et plusieurs attraits naturels.

Outre la planification des aménagements, la nouvelle orientation impliquait de sensibiliser rapidement les trois municipalités visées par le projet dans une perspective de soutien inter municipal à long terme au sein d’une corporation pour le sentier. Ce qui fut fait. Je proposai alors le nom de L’Intercentre, souhaitant signifier du même coup le caractère unique de ce projet.

La proposition est particulièrement bien perçue par le conseil municipal dirigé par le maire Paul Mathieu qui confie le dossier au conseiller Daniel Garceau. En 1979, les trois municipalités concernées organisent une conférence de presse à la Porte du Nord pour promouvoir le projet et démontrer leur intérêt à le réaliser. On ajoute même la création d’un concept de circuit de grande randonnée en reliant éventuellement l’Intercentre au sentier existant du Parc du Mont-Tremblant reliant déjà le lac Lajoie et le lac Monroe.

Malheureusement, le projet de réalisation de l’Intercentre n’est pas retenu par le CRDL pour insuffisance de budget. Mais, grâce à la volonté du milieu, la Corporation à but non lucratif du Sentier Intercentre est tout de même créée. Un représentant de chacune des trois municipalités siège au conseil d’administration en plus de membres élus en assemblée générale. J’occuperai la présidence de 1979 à 1982.

Une première version du sentier de la Montagne noire existe déjà grâce au balisage réalisé par des membres du Club de montagne Canadien (CMC). Le groupe de La Traversée des Laurentides utilise ce tracé pendant quelques années et développe ainsi une voie sommaire jusqu’au Lac Supérieur. Deux refuges rustiques se situent sur le parcours, celui du lac de l’Appel dont le bail appartient à l’époque aux familles Duval et Belhumeur de St-Donat et celui du Nordet, appartenant à l’auberge du Petit Bonheur au lac Quenouille.

La corporation Intercentre a réussi à aménager le sentier, signaliser et intégrer les refuges présents par le biais de deux projets de création d’emploi en 1983 et 1985. Robert Geffroy de Saint-Donat a participé aux deux initiatives et à titre de directeur de la deuxième phase. L’appui du Centre d’accès à la Nature de l’UQAM installé au Lac Supérieur a été fort précieux aux différentes étapes de planification et mise en place de la corporation ainsi que pour la réalisation du sentier.

Au fil du temps, l’accès au sentier Intercentre à St-Donat et au sommet de la Montagne voit sont tracé déplacé à deux reprises pour finalement se situer à partir d’un stationnement sur le chemin Régimbald et réempruntant le sentier historique de l’avion Liberator. Le premier tracé et le deuxième débutait sur le route 329 (ancien centre équestre), l’un attaquant de face le flanc Nord-Est jusqu’au lac Cristal et le deuxième privilégiant un nouveau sentier sur le flanc Sud directement vers le sommet.

La suite de cette histoire du sentier Intercentre et de la montagne Noire pourrait amplement être complétée par de nombreux autres amateurs de plein air ou conseillers municipaux qui s’y sont impliqués depuis ces débuts. Je pense notamment à ceux et celles qui continuent leur travail au sein de la corporation, ceux et celles qui ont rénové bénévolement le refuge du lac de l’Appel, aux Randonneurs des hauts sommets qui ont complété le réseau des sentiers de la Montagne noire, au dynamique Club Plein air de Saint-Donat avec la construction et l’entretien du refuge de la Montagne Noire, à l’équipe du Liberator et tous les autres. Il n’est donc pas étonnant que le Sentier National du Québec ait fait de l’Intercentre un de ses tronçons majeurs.

Bravo à tous et toutes !
Richard Martin

Source : Journal Altitude, novembre 2019, Richard Martin, résident à Saint-Donat depuis 1974